Burkina/FITMO 2017, « Sept milliards de voisins » : Entre tolérance et honnêteté

Burkina/FITMO 2017, « Sept milliards de voisins » : Entre tolérance et honnêteté

Le spectacle "Sept milliards de voisins" Crédit Photo: Tognidaho

JMC 2017

Les représentations de spectacles se poursuivent à l’espace culturel Gambidi. Ce lundi 06 novembre, la compagnie « théâtre au compteur » du Benin était à l’affiche sur la scène Sony Labou Tansi.

Monde des diversités, monde des contrariétés, monde des perfidies. C’est la substance du spectacle intitulé « Sept milliards de voisins » présenté ce lundi 06 novembre par la compagnie « théâtre au compteur » du Benin avec un tonnerre d’applaudissements à la fin.

Tout commence entre deux étudiants Igor et Polo (joués respectivement par Michael Todégo et Victor Goudahouandji) de culture différente, appelés à partager un studio sur le campus. L’exiguïté du lieu accentue toute suite l’incapacité des deux étudiants à s’accepter mutuellement. L’intolérance rend le climat délétère et asocial dans le studio. Hélène (incarnée par Cybélline de Souza) une fille sans abris sur le campus se retrouve à squatter leur cabine un soir de pluie. Toute suite l’ambiance des lieux affecte Hélène. Cependant celle-ci feignant d’être une personne honnête et témoin des atrocités de la guerre dans son pays « Milongo » se révèle être une arnaqueuse. Elle réunit de faux papiers pour faire croire à ses hôtes qu’elle est héritière d’une fortune puis simule sa mort. Les deux amis embarrassés sont partagés entre accaparer ce soi-disant « fortune » ou faire appel à la police. Pendant leurs délires, Hélène subtilise les frais de scolarité de polo puis prend ses jambes à son cou.

Cette pièce, même si on peut y déceler trois thèmes, en l’occurrence, l’intolérance, la guerre et la perfidie, reste très axée sur la question de l’intolérance. On peut, par ailleurs, observer combien il est absurde de se quereller pour des banalités, alors qu’au même moment sous d’autres cieux, des gens donneraient tout pour revivre ne serait-ce qu’une once de tranquillité. Avec humour et des notes de tragédies, le dramaturge (Giovanni Houansou) et le metteur en scène (Carlos Zinsou) interpelle sur la nécessité de l’acceptation mutuelle des différences. Ils rejoignent une pensée fondamentale de l’acte constitutif de l’UNESCO qui stipule que « les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. ».

Un spectacle au rendez-vous de l’histoire
Face à l’intégrisme culturel et aux guerres fratricides qui déchirent en cette ère, ce spectacle trouve tout son sens. La sensibilisation à travers cette pièce peu avoir un impact très positif dans nos communautés. L’opportunité que le FITMO offre à travers la « route des arts « va permettre certainement aux autres pays de profiter de cette hymne à l’intégration qu’est le spectacle « sept milliards de voisins. »

Iliasse Bougma

Lire aussi dans cette catégorie :