Bénin-Boulev’art: Les arts hors des murs contre la Covid-19 à l’If-Bénin

Après le rond-point de Ste Cécile à Cotonou, ils sont depuis samedi 6 février 2021 sur l’esplanade extérieure de l’Institut français du Bénin (Ifb). Les artistes contemporains du Bénin réunis par Dominique Zinkpè poursuivent, loin de leurs ateliers et lieux de travail habituels, le tour dans les rues de la ville de Cotonou à la rencontre des populations en partition au combat contre la pandémie mondiale liée au Covid-19.

Une douzaine d’artistes plasticiens –peintres, sculpteurs, photographes, …-, s’accordent pour partager avec le public béninois leurs énergies artistiques contre la Covid-19 pendant 15 jours. L’institut français du Bénin à Cotonou offre son esplanade extérieure pour la deuxième station de l’édition 2021, « Spécial Covid-19 », du festival d’art contemporain Boulev’art. L’initiative née il y a une décennie est consacrée cette année, à la pandémie.

« Les artistes que nous sommes avons réagi à la Covid. Tous les jours, des gens meurent. Au lieu de faire des œuvres juste pour décorer les coins des maisons ou répondre aux rendez-vous de commande, pourquoi ne pas penser un peu à la pandémie ? Ce qui a fait que nous sommes sous le soleil, dans la rue, pour partager avec les Béninois …, rappeler les gestes barrières… » a indiqué le plasticien Dominique Zinkpè, porteur du projet Boulev’art, lors de la conférence de presse quelques minutes avant le vernissage de l’exposition à l’Ifb. « A la suite des ambulanciers, des policiers, des infirmiers, des musiciens, … nous les plasticiens, nous apportons notre partition à ce combat contre la pandémie de la Covid-19 », a renchéri Gratien Zossou au nom des artistes.

Chacun d’eux, dans son médium, va de son inspiration pour dialoguer avec le public sur la pandémie. « Pour donner à voir et à vivre le bouillonnement artistique de la scène contemporaine béninoise hors les murs », dira la directrice déléguée de l’Ifb, Coline-Lee Toumson-Venite. Qui sur la gravité de ce virus qui crucifie sans distinction de peau, de classe sociale, de puissance et autres ; certains pour invoquer des esprits et d’autres pour surtout exprimer leur compassion aux victimes puis sensibiliser sur les gestes barrières.

Boulev’art, 1er août et Etoile Rouge
A la conférence de presse inaugurale de cette étape de l’Ifb, Dominique Zinkpè a annoncé la suite du projet. Le rêve, a-t-il fait savoir, c’est surtout par rapport à la place Etoile rouge à Cotonou. « L’apothéose sera la place étoile rouge ; c’est un vieux rêve ». A l’en croire, après l’Ifb, les meilleures œuvres seront sélectionnées pour honorer la place Toffa à Porto-Novo, Goho à Abomey et Bio Guerra à Parakou. C’est dans le but de pouvoir couvrir tout le pays. Ce sera beaucoup plus les photographies des œuvres comme on peut déjà voir sur l’esplanade de l’Ifb, la performance artistique de Zinkpè capter par les objectifs du photographe Carlos Sodokpa. Après le tour du pays, toutes ces œuvres serviront à la clôture de l’Etoile rouge. « Rendez-vous en août pour la fête de l’indépendance pour faire la clôture de l’Etoile rouge avec des artistes qui adhèrent à Boulev’art », a lancé Dominique Zinkpè.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.