De la gauche vers la droite les comédiens Michael Todego, Cybelline de Souza et Victor Goudahouandji. Crédit photo: Tognidaho

Bénin/ Théâtre : La pièce « 7 milliards de voisins » jouée à l’espace Mayton

La pièce théâtrale intitulée « 7 milliards de voisins » était en représentation dans la soirée du samedi 3 février 2018 au centre culturel Espace Mayton sis à Abomey-Calavi. Représenter pour marquer la rentrée artistique de l’espace, elle dénonce et met en garde sur un certains nombres de dérives récurrentes dans la vie estudiantine.

Lorsque la tolérance et la cohabitation ne font pas bon ménage, des voies sont ouvertes à toutes sortes d’impasses. C’est du moins ce qu’on peut retenir de la pièce théâtrale dénommée « 7 milliards de voisins », représentée dans la soirée du samedi 3 février 2018 au siège du centre culturel et artistique Espace Mayton à Abomey-Calavi.

Elle dont la mise en scène a été assurée par Carlos Fancy Zinsou est une écriture du dramaturge béninois Giovanni Houansou. Elle peint les réalités de la vie en cohabitation et touche du doigt les revers du manque de solidarité entre être humain. De même cette pièce expose les problèmes logistiques, de lenteur administrative qui freinent le confort des étudiants et les contraignent à une condition d’étude peu souhaitable.

En 1h d’horloge, trois comédiens que sont Cybelline de Souza, Michael Todego et Victor Goudahouandji ont livré la substance d’une réalité déplaisante mais en y ajoutant une touche d’humour et de sarcasme qui agrémente l’histoire et facilite sa conception. Ils ont ainsi réussi à transporter les spectateurs dans leur monde et à véhiculer le message de cette pièce.

Ils se font arnaquer faute d’indulgence
Entre dénonciation et mise en garde, « 7 milliards de voisins » est avant tout une leçon de vie. La pièce relate en réalité la mésaventure de deux jeunes étudiants que sont Polo et Igor qui, par défaut d’entente vont se faire faire arnaquer par une jeune étudiante dénommée Héléna, qui leur sert une histoire touchante pour détourner leur attention.

Contraint à cohabiter toute l’année universitaire, Igor et Polo se font une ‘’guerre’’ sans merci pour des questions plutôt futiles dès leur toute première prise de contact. Ils transforment leur cabine en champs de bataille, où insultes et abus se répètent chaque minute et ce, sans le moindre répit.

C’est en pleine dispute née d’un désaccord, que Héléna va toquer à leur porte pour y trouver refuge. Surpris par son irruption dans leur cabine, Polo pris peur et s’y oppose catégoriquement. Néanmoins Igor essaie de réveiller en lui la compassion en rappelant des devises d’un bon chrétien que sont : pardon, pitié, pénitence et partage. Le dos au mur, Polo feint de se résigner à ces règles de bonne conduite tout en acceptant aussi de contribuer au silence que réclame leur ‘’hôte’’ sans abris.

Mais cela ne durera que quelques minutes, car Igor va de nouveau piquer une crise de colère lorsque la musique qui sert de ‘’réveil’’ à Polo va retentir en plein milieu de la nuit et perturber son sommeil et celui d’Héléna. Les deux étudiants reprennent les hostilités à ‘’vive allure’’. Dans la mêlée, ils décident de diviser la cabine en deux parts égales sans vraiment y parvenir. Fatiguée de supporter cette bataille sans merci, Hélélna décide d’y mettre fin une bonne fois pour toute.

C’est alors qu’elle se met à dérouler toutes les horreurs qu’elle a vécues pendant la guerre afin de leur montrer que sous d’autres cieux, des humains vivent bien pire. Héléna, animée d’une grande frénésie, transporte les barbaries de la guerre de ‘’Nilongo’’ dans la cabine. Tout en décrivant les scènes de guerres, cette expatriée réussit à captiver toute l’attention de Polo et Igor qui, face à de telle monstruosité sont restés presque muets et tétanisés. Dans l’intention de mieux attirer l’attention, elle s’évanouit et fait paniquer ses interlocuteurs. A son réveil, Héléna reprend de plus belles son histoire passionnante, qui commence déjà à faire déprimer Polo et dégoûter Igor au point où il en vomit. La ‘’blessée de guerre’’ profite de cette compassion qu’elle suscite chez les étudiants et simule sa propre mort. Ignorant que c’était une mise en scène, les deux ‘’amis’’ circonstanciels fouillent le cadavre et découvre un papier attestant que la réfugiée est en fait, héritière d’une grande fortune. Dans la quête de rentrer en possession de cette fortune, Igor convainc Polo à mener avec lui les démarches nécessaires. C’est ainsi qu’ils sortent de la cabine laissant le présumé cadavre d’Héléna au sol. Malheureusement à leur retour, les étudiants remarquent non seulement la disparition d’Héléna mais également celle d’une somme de six cent milles destinées à payer la scolarité de Polo.

Inès FELIHO

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment