L’artiste-slameur, chanteur et compositeur Gopal Das

Bénin-Alphabétisation : Gopal initie « Atelier Orijiji » pour la valorisation des langues locales

L’artiste-slameur, chanteur et compositeur Gopal Das a initié un atelier d’alphabétisation dénommé « Atelier Orijiji ». A la faveur d’une conférence de presse tenue le vendredi 15 mars 2019 au centre artistique Le Parking sis au quartier Fidjrossè à Cotonou, l’artiste à exposer les tenants et aboutissants de cet atelier.

« Donner des cours d’alphabétisation en langues locales afin de remédier à la montée fulgurante de l’acculturation ». Telle est la mission première de l’artiste béninois Gopal Das à travers son initiative intitulée « Atelier Orijiji ». Avec cet atelier prévu pour se tenir en 1 mois, il veut non seulement partager ses connaissances mais aussi amener des artistes à se réapproprier leur langue pour une plus grande ampleur de leur art.

« Nous avons pour mission d’intéresser les nôtres à la culture de chez nous » confie-t-il pour justifier son initiative. Pour lui, c’est un gâchis que d’avoir de grands diplômes dans une langue étrangère et de ne rien savoir sur la langue de ses ancêtres. C’est donc pour remédier à cet état de chose qu’Indra-Das Baktha Nounagnon a initié les ateliers Orijiji.

Diplômé d’une Licence en gestion culturelle, Gopal a reçu plusieurs formations en langues locales, précisément en Fongbé et en Goungbé. Après avoir passé en 2009 un examen d’alphabétisation (équivalant au baccalauréat) organisé par l’Etat béninois, il commence à mettre ses connaissances linguistiques au profit de son art. Ce qui lui a d’ailleurs permis de se démarquer en tant qu’artiste slameur et de représenter valablement le Bénin sur plusieurs festivals internationaux. A en croire ses confidences, cette maîtrise de langues locales lui a également permis d’être sollicité par plusieurs organismes internationaux pour des campagnes de sensibilisation sur diverses thématiques.
Avec les Ateliers Orijiji, le précurseur du style d’écriture ‘’Sasigbé’’ est dans une optique d’éveille de conscience. Selon lui, pour une prise de conscience effective des peuples africains, il est important que les langues locales soient enseignées pour de plus amples connaissances de leurs cultures.

Destinée à tous les citoyens béninois et à toutes les classes sociales, les ateliers Orijiji s’éclatent en deux grands volets. Le premier sera consacré aux citoyens lambda qui souhaitent uniquement s’instruire dans leur langue. Le deuxième quant à lui sera dédié aux artistes qui souhaitent associer leur langue à leur art. Ici des techniques seront données pour permettre à ces derniers d’écrire leur texte ou démarche artistique en langue locale.

Pour cette 1ère édition de l’Atelier Orijiji, c’est la langue Fongbé qui sera enseignée. Mais Gopal n’a pas manqué de rassurer les uns et les autres sur l’inclusion d’autres langues dans les prochaines éditions. « Nous avons l’intention de solliciter des compétences parallèles car pour pérenniser ce travail, il faut l’étendre aux autres » précise-t-il.
A noter que les inscriptions ont démarré depuis début mars et se poursuivent jusqu’à la moitié du mois d’avril. Les détails et autres informations complémentaires figurent sur la page Facebook de l’artiste.

Inès Fèliho

  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment