Docteur Hamadou MANDE, Président du Centre burkinabé et Vice- Président mondial de l'Institut international du Théâtre. Crédit photo: Tognidaho

Théâtre / Dr Hamadou Mandé : « Le FITHEB est devenu un patrimoine africain »

Enseignant chercheur d’arts dramatiques et de politiques culturelles à l’université Ouagadougou 1 Pr Joseph Ki-Zerbo, le Docteur Hamadou MANDE est également Président du Centre burkinabé et Vice- Président mondial de l’Institut international du Théâtre. Il dirige aussi le Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (FITMO). Grand acteur du théâtre africain, il fait des témoignages au sujet du Festival international de théâtre du Bénin.

Entretien

Dekartcom.net : En tant qu’homme du théâtre, vous connaissez bien le FITHEB. Dites- nous, pour vous, qu’est ce que le FITHEB ?
Dr Hamadou Mandé : Ma première participation au FITHEB date de 1993 et j’y étais venu comme comédien du spectacle « La musaraigne », pièce écrite et mise en scène par le Pr Jean-Pierre Guingané. Je suis revenu plusieurs fois et notamment au cours des trois dernières éditions (2012, 2014 et 2016). Le FITHEB est un festival très important dans le paysage culturel africain.

Il fait partie, avec le FITMO et les Recreatrales des plus grandes manifestations artistiques consacrées au théâtre en Afrique de l’Ouest. De tous les festivals cités, le FITHEB est celui qui bénéficie d’un soutien direct de l’Etat et qui a le plus gros budget pour son organisation. Il constitue une référence, un exemple qui devrait interpeller les décideurs politiques des autres pays de la sous région Ouest africaine. Enfin, je dirais que le FITHEB est devenu un patrimoine africain.

Quelle est votre lecture actuelle de cet événement?
Je l’ai dit. Malgré les difficultés qu’il a pu connaître le FITHEB reste un événement artistique incontournable dans notre sous région. Cependant, si nous pouvons nous permettre une observation, nous dirons que la programmation de l’événement mérite d’être davantage stabilisée pour lui permettre de gagner davantage en professionnalisme.

Un événement de cette envergure ne devrait plus connaître une instabilité en terme de programmation et d’organisation. Si vous me suivez bien, en 2012, La 11e édition s’est tenue en avril. 2014, c’est en décembre qu’à eu lieu la 12e édition. En 2016, la 13e édition a été organisée en mars et cette année la 14e édition se tient en novembre. En plus de cela, les reports et les annonces tardives de la tenue de l’évènement constituent des faiblesses qu’il convient de corriger.

La 14ème édition pointe à l’horizon. Quel FITHEB 2018, souhaitez – vous voir ?
Un FITHEB conquérant qui se caractérise toujours par la qualité de sa programmation artistique. Un Festival populaire qui place au devant de tout l’intérêt de l’art, des artistes et des populations. Un FITHEB résolument engagé dans la promotion des arts et de la culture d’Afrique et de la diaspora africaine. Un FITHEB qui donne des raisons d’espérer des lendemains qui chantent.

Réalisation : Esckil AGBO

  • 27
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.