Entretien avec Freddy Massamba : « Le MASA 2020, un tremplin pour les artistes »

L’artiste-musicien, arrangeur et compositeur d’origine congolaise, Freddy Massamba, a séjourné en Côte d’Ivoire dans le cadre de la 11ème édition du Marché des arts du Spectacle d’Abidjan (MASA). Pour lui, cette biennale des arts vivants est un événement incontournable pour les artistes africains.

Quel est votre regard sur le déroulement des festivités depuis l’ouverture du MASA 2020 ?

C’est un lieu de rencontre. C’est un marché où les artistes viennent proposer leur travail, leur projet personnel. C’est aussi un lieu de rencontre professionnelle parce qu’il y a beaucoup de choses qui se font autour de l’événement. Il y a des professionnels qui viennent de partout pour se retrouver ici à Abidjan afin de partager leurs expériences, et surtout, pour rencontrer des artistes qui vont devenir sûrement des stars demain. On en a eu à l’époque en 1995, avec le passage des artistes comme Dobet Gnahoré, Les tambours de Brazza, Les Go du Koteba et Manou Galo à l’époque du groupe Woya. Tous ces au MASA avant de prendre leur envol sur la scène internationale. Donc, le MASA, c’est un tremplin pour nous les artistes.

C’est un rêve d’être ici. On peut donc dire que le MASA est un vivier culturel ?

Oui. C’est une plateforme qui permet non seulement aux professionnels du monde des arts de créer des contacts, mais surtout, de poser l’acte. C’est comme des athlètes qui courent toute l’année pour préparer un seul championnat du monde de l’athlétisme. Vous imaginez qu’après toute une année de travail, l’athlète rate le rendez-vous. Un artiste ne doit pas rater le MASA. Tu as travaillé toute une année pour poser l’acte et rencontrer des professionnels qui vont te permettre d’aller sur des scènes internationales pour pouvoir faire ta vie, booster ta carrière et emmener ta culture chez les autres.

En compagnie de quatre grandes voix féminines de la musique francophone. Comment est né ce projet des spectacle avec des dames ?

C’est un ami sénégalais, Latsouck Ndiaye qui a monté ce projet avec des artistes de Marseille (Les Dames de la Juliette) et d’Afrique. C’est ainsi qu’il a fait un casting pour sélectionner Mouna du Sénégal, Matibé Géneviève du Tchad, Koudi du Bénin, Tirane de la Côte d’Ivoire, Fani Faya lauréate des jeux de la Francophonie ici en Côte d’Ivoire il y a quelques années. Il a donc rassemblé toutes ces énergies, ces talents de la musique africaine. Latsouck m’a confié la direction artistique du volet Afrique du projet. Il s’agit d’un projet voix-guitare avec quelques accessoires juste pour vous donner du rythme. Ce concert est une première restitution au MASA. Mais, dans l’avenir ce sera sous forme de showcases dans des salles fermées pour montrer vraiment la qualité et la puissance des voix que ces cinq dames. Et je précise que nous avons réalisé cinq chansons en deux jours ici à Abidjan dans le cadre du MASA.

Après ce passage au MASA qu’allez-vous faire de ce répertoire de cinq titres ?

Pour l’instant nous travaillons à avoir un répertoire de 15 titres maximum. Ensuite on montera un bon projet de spectacles pour faire tourner ces belles voix en Afrique et en Europe.

Quels sont les projets de Fredy Massamba ?

C’est le 3ème album qui arrive. C’est bien avancé. Je suis presqu’à sept ou huit titres. Et je suis dans un projet de jazz où je chante Beethoven, mais dans ma langue maternelle. Et puis, je viens de boucler une grosse tournée de plus de 100 dates avec des Africains qui font du Mozart. Et donc, on a fait une tournée d’une année et demi dans toute l’Europe et en Afrique du Sud.

Source

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.