MASA 2018/ Rencontres Professionnelles : « La mobilité des artistes » au cœur des échanges

La deuxième journée des Rencontres Professionnelles dans le cadre du MASA 2018 s’est intéressée à l’épineux sujet de « la mobilité des artistes ».

La mobilité garantit la survie professionnelle des artistes. C’est l’essentiel à retenir des diverses interventions lors des échanges du mardi 13 mars 2018. Plusieurs panélistes se sont offusqués du faible taux de diffusion des produits artistiques. Les festivals et autres événements majeurs qui devaient accueillir ces produits, se désole le Directeur de l’association Scène d’Ebène, disparaissent de jour en jour. De 32 festivals internationaux l’Afrique centrale compte à peine cinq aujourd’hui, révèle M. Mefé à l’assistance.

Pour le rappeur venu du Sénégal, Didier Awadi c’est l’absence d’un véritable cadre juridique qui en est la cause. En sus de cela, vient compléter le Directeur du MASA, le Professeur Yacouba Konaté, il « il y a les chocs liés au numérique, aux cartes de séjour et à l’attribution de visa ». La mobilité des artistes, notamment africains, est donc en proie à un vide de volonté politique.

« C’est un frein mais pas une barrière », lance Cyril Noel pour encourager les uns et les autres à plus d’actions pour que bougent véritablement les produits artistiques sur le continent. Le Prof Yacouba Konaté propose le renforcement des diverses collaborations entre les acteurs culturels. Il faut d’ailleurs aller plus loin en rendant légitimes lesdites collaborations. Autour de la table, il y avait également Adama Traoré du Mali, Christophe Galent de Bruxelles.

Cet échange sur « La mobilité des artistes », rappelle –t- on, a été initié par l’OIF. De son côté, le réseau Artériel Network a réuni dans la salle… les festivaliers autour du thème : « Investir dans le dynamisme de la consommation culturelle en Afrique, pour un marché porteur ». Il a été question pour les panélistes, Fousseyni Diakité (Mali), Ghita Khaldi (Maroc), Valérie Oka (Côte d’Ivoire) et Jean Luc Sonhaye (Togo) d’exposer aux participants les opportunités d’investissement dans le domaine des arts et cultures.

Esckil AGBO, envoyé spécial à Abidjan

  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment