l’artiste italienne Martina Ricciardi

Bénin/ Spectacle : Martina Ricciardi dans De (s) raciné (s) » au Festhec

Dans le cadre de son séjour au Bénin, l’artiste italienne Martina Ricciardi a présenté un spectacle de Danse-Théâtre au centre culturel Festhec le dimanche 04 mars 2018 à Abomey-Calavi.

Extérioriser la colère, le sentiment de rejet et ce, à travers des pas de danse classique, de Houngan, de gogbahoun, de capoeira et sakpata, le tout servit avec une touche de théâtre. C’est à cette fusion artistique que le public du centre culturel Festhec a assisté dans la soirée du dimanche 04 mars 2018 au quartier Tankpè.

Représenté par l’artiste danseuse et comédienne Martina Ricciardi, ce spectacle intitulé « De (s) raciné (s) » est le fruit de deux années de recherches menées dans divers horizons.

Au de cette période, Martina Ricciardi a beaucoup puisé des danses africaines, afro-brésiliennes et européennes mais surtout des danses rituelles du Bénin. Ce qu’elle a combiné et présenté en spectacle pour partager avec le public de Festhec le dimanche 04 mars 2018.

En 40 minutes de prestation, l’artiste via ces diverses danses, a transporté les spectateurs dans son monde à elle, en monopolisant toute leur attention. Tout en s’appuyant sur des passages du livre « J’irai cracher sur vos tombes » de l’écrivain Boris Vian ainsi que ses propres expériences de vie, l’artiste manifeste toute la colère enfuie en elle avec des pas de danses exécutés avec précision et fureur puis guidés par des sonorités en fond sonore.

Martina Ricciardi déroule tout le contenu de son spectacle d’une manière plutôt particulière et passionnée. Assise en plein milieu d’une installation de tabouret et de chaise, elle démarre avec de langoureux pas de danse pour ensuite donner libre court à l’expression de son corps. Grâce à ce décor qui peint la vie en famille ou encore en société, la comédienne- danseuse transmet ses émotions. Se laissant aller à sa fougue, elle s’éloigne de ce ‘’cercle familial’’ pour aller chercher son émancipation.

Elle s’approprie toute la scène en se roulant au sol et en marmonnant en langue italienne des théories sur le déracinement d’un être humain.

Dans une furie totale, cette artiste italienne jette une à une les chaises installées au-devant de la scène, comme pour exprimer sa colère et son rejet de toute idée préconçue.

Par ailleurs, le dénouement du spectacle est moins fougueuse et laisse voir l’artiste dans la peau d’une personne émancipée et épanouie. Ceci, elle l’exprime par des rires, des pas de danses beaucoup plus enthousiaste et une portion de phrase en français où elle dit avoir trouvé son ‘’chemin’’ avant de s’éclipser de la scène.

Interviewée à la fin du spectacle Martina Ricciardi confie qu’au-delà de la perception de chacun, il y a un message de vie qui se cache derrière sa représentation. Pour elle, il arrive que l’on se sente envahi et perturbé par des habitudes et coutumes. Ainsi « on a besoin de ces moments où on marque une pause pour ritualiser les choses afin d’accéder à une renaissance de soi » explique-t-elle pour donner la substance du spectacle.

Inès FELIHO

  • 106
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment