Le slameur béninois Gopal Das. Photo/DR

Bénin/ Slam : Sassigbé, la parole agissante en live au Parking

Le slameur béninois Gopal Das a donné un concert dans la soirée du samedi 12 mai 2018 au centre artistique et culturel Le Parking à Cotonou. Retour sur cette soirée riche en couleur où le verbe et la musique ont adouci les mœurs.

Vêtu d’un ensemble traditionnel en digne fils de Porto-Novo, le précurseur du style d’écriture ‘’Sassigbé’’ a ébloui son auditoire avec sa mélodieuse voix mais surtout avec la puissance de son verbe. Le slameur Gopal Das, puisque c’est de lui qu’il s’agit à travers un concert donné dans la soirée du samedi 12 mai 2018 au centre artistique et culturel Le Parking sis au quartier Fidjrossè à Cotonou a déroulé quelques morceaux de son répertoire pour le plaisir des mélomanes.

En complicité avec ses instrumentistes, Gabi à la guitare, Bravo à la mélodica et Bob à la percussion, la vedette de la soirée a servi un cocktail musical à la fois dansant et humoristique qui n’a laissé aucun usager du Parking indifférent. Durant près de 2h d’horloge, Gopal Das a fait voyager ses spectateurs dans plusieurs contrées de la planète avec des reprises de célèbres morceaux en y ajoutant sa touche par de mythique agencement de musiques traditionnelles et ses propres paroles.

Le slameur aux multiples facettes
C’est du minibus qui sert de comptoir au Parking que Gopal Das démarre son show avec un texte intitulé « Pars King ». Après avoir rendu hommage à ce lieu et à ses habitués, l’artiste enchaîne avec le texte « Aquarelle de couleur ».

A travers ce slam, il envoie un message fort à l’endroit de tous les êtres humains sur la nécessité de l’acceptation de l’autre dans sa différence. Que ce soit de race, de couleur de peau ou de continent, l’artiste fait remarquer que la différence n’est que physique et que l’être humain reste le même. Sur ces mots de conscientisation, Gopal fait son entrée sur la scène du Parking avec des applaudissements du public. Passé cette étape d’introduction, le défenseur des valeurs endogènes entame le show proprement dit.

Pour monter la pression, il invite sur scène la chanteuse béninoise « Hoho » à l’accompagner sur le morceau ‘’Iya’’, une dédicace à sa mère. Chantée en plusieurs langues locales telles, le yoruba, le goun et le français, cette chanson rend hommage à une femme forte qui a su transmettre le savoir à son enfant. Sur un fond sonore du rythme ‘’mansè’’ de Porto-Novo, Gopal et Hoho ont fait danser plus d’un.

Après ces moments d’hommage, il lance un ‘’cri de cœur et de corps’’ aux peuples africains avec la reprise de la célèbre chanson ‘’Indépendance chacha’’. D’une voix rauque et mélodieuse, il dénonce l’abus des politiques et rappelle les sacrifices de grands combattants comme Patrice Lumumba, Thomas Sankara et bien d’autres. Avec un air assez sérieux sur ce morceau, Gopal Das fait frissonner le public en touchant du doigt les dérives qui font freiner le développement des Africains. Mais cet état d’âme ne durera qu’un instant car le slameur va changer la donne avec un show plus sensationnel et surtout humoristique en reprenant un célèbre classique de la chanteuse Jeanne Manson qu’il a intitulé ‘’Faisons l’amour’’.

Ici, l’on retrouve l’artiste dans son élément. Avec des successions de mots qui renvoient à l’acte sexuel et ce, dans un air d’humour inédite, il arrache le sourire même aux plus timides des spectateurs. D’autres ne pouvant se contenter d’un simple sourire ont préféré rire à gorge déployée pour manifester leur euphorie. Gopal dans cette même optique interprète un morceau de Papa Wemba auquel il a donné un sens plutôt particulier, toujours avec le même sens d’humour. Mais l’artiste va descendre cette fois la pression en invitant Corine, une slameuse américaine à déclamer un texte en anglais. Ce qui n’a pas déplut le public vu son attitude chaleureuse. Il fait de même avec le slameur togolais Papirus sur le titre ‘’Jeunesse avenir de l’humanité’’. A travers ce morceau, les deux slameurs lancent un appel à l’endroit de la jeunesse pour lui rappeler ses devoirs pour un monde meilleur.

C’est avec les titres ‘’Sassigbé’’ et ‘’Hounvi’’ que l’artiste va clôturer le concert en beauté en faisant danser les spectateurs.

Inès FELIHO

  • 20
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment