Les frères Guèdèhounguè

Bénin-« Les échos de Lobozounkpa » : Une année d’activités artistiques célébrée in situ

Tenue du 20 au 22 décembre 2019, la 3ème édition du festival « Les échos de Lobozounkpa, in situ » a, tel que annoncée, célébré une année de travail à l’espace culturel Le Centre à travers une programmation assez fournie. Retour sur les temps forts des deux dernières journées de ce festival.

Des spectacles déambulatoires, des concerts, des ateliers jeune-publics, des performances artistiques, des soirées Dj, un spectacle de cirque et une scène Hip Hop. Voilà la kyrielle d’activités artistiques ayant meublé les deux dernières journées (samedi et dimanche) de la 3ème édition du festival « Les échos de Lobozounkpa, in situ ». Les artistes, les responsables de l’espace Le Centre, les populations de Lobozounkpa ainsi que les spectateurs venus d’ailleurs ont chacun contribué à marquer d’une pierre blanche l’édition 2019 de ce festival.

« Comment fédérer et mobiliser les habitants des quartiers dans lesquels les lieux de création, de diffusion et de formation artistique sont implantés ? ». C’est le thème de la rencontre-discussion qui a démarré la 2ème journée (samedi 21 décembre) du festival« Les échos de Lobozounkpa, in situ ». Autour de cette interrogation des responsables de centres culturels ainsi qu’autres passionnés de la culture ont mené des réflexions. Il s’agit notamment d’Alougbine Dine (Directeur de l’Ecole internationale de théâtre du Bénin), Noël Vitin (Programmateur culturel à l’Ifb de Cotonou), Marion Hamard et Carolle Ahodékon (respectivement Directrice et Chargée de communication de l’espace Le Centre). Ensemble ils ontpartagé des astuces de la bonne gestion d’un centre culturel avec l’implication des populations environnantes dudit centre.

Suite à cette matinée de réflexion, des performances et créations artistiques se sont succédées ‘’in situ’’ pour le compte de cette 2ème journée. Dans l’après-midi des enfants (une quarantaine environ) ont bénéficié d’un atelier jeune public animé par le dessinateur, caricaturiste, illustrateur et bédéiste Hector Sonon. Ils ont été initiés aux techniques de bases en matière de dessins. Avec Hector Sonon, ces enfants ont appris à raconter une histoire à travers l’art du dessin. Une expérience plutôt enrichissante pour les enfants qui, avec enthousiasme, ont appliqué les conseils du spécialiste tout le long de cet atelier.

Pendant ce temps, Arouna Guindo et Yvon Ekue poursuivent leur performance « Hors normes ». Ils sont rejoints par Martina Ricciardi, une danseuse italienne qui va les assister dans leur performance pendant un bout de temps.

Le live des frères Guèdèhounguè
Ambassadeurs des valeurs culturelles et cultuelles du Bénin, Les frères Guèdèhounguè ont une fois encore séduit plus d’uns. Sur une scène spécialement aménagée dans la cours pour la circonstance, ils ont émerveillé le public venu nombreux les suivre. Avec des chants et danses typiques aux couvents Vodou, ce groupe a, comme d’habitude, valorisé sa culture endogène. Si les plus timides ont préféré rester sur place pour danser, d’autres ont préféré aller au-devant de la scène pour extérioriser leur extase. Même les personnes les plus insoupçonnées se sont laissées aller à cette euphorie. Et c’est sur ce show de musique traditionnelle que la journée 2 du festival a pris fin.

La toute dernière quant à elle a démarré dans l’après-midi du dimanche 22 décembre avec la compagnie « Toffodji ». A travers un spectacle déambulatoire, les membres de ce groupe ont ‘’remué’’ le quartier Lobozounkpa. Danse sur Bambou, acrobaties et divers tableaux artistiques ont caractérisé ce spectacle déambulatoire. Comme pour annoncer la fin de la 3ème édition du festival « Les échos de Lobozounkpa », ils ont drainé avec eux des spectateurs du quartier jusqu’à l’espace Le Centre.

Ils seront relayés quelques heures plus tard par deux artistes jongleurs.« Autant en apporte la jongle » est le titre du spectacle de cirque donné parles artistes jongleurs Norbert Noudehou et Prime Ezinsè, Promoteur de l’école des Arts et du Cirque « Circo Bénin ».

De Harlem à Cotonou, du flow à flot
Un voyage dans le temps. C’est ce que le Dj Seven a fait vivre au public de l’espace Le Centre à travers une création pluridisciplinaire. Une initiative duCollectif Alia avec Dj Seven, cette création pluridisciplinaire est intitulée « De Harlem à Cotonou, une histoire subjective du Hip Hop ». Du Bronx aux Etats Unis en passant par l’Europe jusqu’en Afrique, l’histoire de ce style de musique a été racontée à travers des tubes ayant marqué les générationsdes années 1970 jusqu’en 2019.Tandis que l’histoire du hip hop suivait son cours, les graffeurs béninois M. Stone et Dr Mario réalisent une fresque murale. Dans la foulée, Arouna Guindo et Yvon Ekue vont enfin clôturer leur performance de 48h sur des pas de danse hip hop.

Outre la création pluridisciplinaire « De Harlem à Cotonou, une histoire subjective du Hip Hop », il y a également eu des prestations artistiques. Des artistes rappeurs à savoirs : Sergent Markus, Hypnoz, Agbozo, Cie Dream keys, et Mister Aryx ont presté. C’est Sergent Markus qui a ouvert le bal à ce cortège de rappeurs qui va poursuivre ce show.Et c’est sur cette scène typiquement Hip Hop que le rideau est tombé sur la 3ème édition du festival «Les échos de Lobozounkpa», édition 2019.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment