Acarde Assogba, réalisateur et l'initiateur de l'événement « Les courts du soir ». Crédit photo / Tognidaho

Bénin- 7ème art : De nouvelles dynamiques pour la promotion du cinéma

Le cinéaste béninois Arcade Assogba a tenu une rencontre avec les professionnels des médias le jeudi 21 novembre 2019 au centre culturel Artisttik Africa sis au quartier Agla à Cotonou. Cette conférence de presse s’est axée sur deux principaux points à savoir : la restitution de la participation du film « La traversée » au Festival Gorée Cinéma 2019 et la présentation du projet intitulé « Les courts du soir ».

« La traversée ». C’est le film du cinéaste béninois Acarde Assogba, sélectionné au Festival Gorée Cinéma 2019. Présenté aux professionnels des médias, il s’inscrit dans une dynamique de révolution cinématographique. Entièrement réalisé à base d’un téléphone portable, ce film documentaire court métrage de 11min 28sec est le fruit du concept « Smartfilm ». « Depuis 2018, j’ai commencé à faire de petites productions de films avec mon téléphone portable que j’appelle les ‘’Smartfilms’’ », explique le réalisateur Acarde Assogba. A en croire ses confidences, la réalisation du film « La traversée » n’a pas été pensée. Elle est survenue après une virée en barque motorisée avec sa petite famille sur la rive du marché international de Dantokpa.

Néanmoins, le film « La traversée » n’en demeure pas moins captivant et professionnel. Outre sa participation au Festival Gorée Cinéma 2019, il a été aussi sélectionné au Festival international du cinéma numérique de Cotonou en 2018 puis à la 21ème édition du Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris cette année.

Aussi a-t-il été question lors de cette conférence de presse, d’exposer le projet « Les courts du soir ». Initié par l’association Kitikili en collaboration avec le centre culturel Artisttik Africa, ce projet vise à accroitre la culture cinématographique au Bénin à travers la diffusion et l’apprentissage autour de courts métrages béninois puis africains. Selon le porteur du projet Acarde Assogba, l’initiative « Les courts du soir » se veut un espace de discussion où, après chaque projection, suivra une séance de questions, d’échange voire de débat autour de l’œuvre et ce, en présence du réalisateur.« Les courts du soir » vont être également un moment où le travail du réalisateur sera décortiqué par ses pairs. Pour ainsi « aller au-delà de ce qu’on voit à l’écran ».

« Les courts du soir » démarrent ce jeudi 28 novembre dans la salle Cheikh Anta Diop du centre culturel Artisttik Africa et se tiendront jusqu’en juillet 2020. Soit un film chaque dernier jeudi du mois.

Inès Fèliho

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment