la Directrice déléguée de l’Institut français du Bénin Coline-Lee Toumson-Venite. Ph/Tognidaho

Institut français du Bénin : « Novembre numérique », la valorisation des cultures à l’aide du digital

L’Institut français du Bénin site de Cotonou a concocté une programmation alléchante, dans le cadre de l’édition 2020 de l’initiative « Novembre numérique ». A travers une rencontre entre des professionnels de médias, la Directrice déléguée de l’Institut français du Bénin Coline-Lee Toumson-Venite et l’Attaché de coopération scientifique et universitaire à l’Ambassade de France Gérald Brun, le contenu de cette programmation a été dévoilé dans la matinée du mardi 1er décembre 2020.

Du 25 novembre au 5 décembre 2020, l’Institut français du Bénin fait le pont entre des cultures et ce, avec l’initiative « Novembre numérique ». Objectif : inscrire un dialogue entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique sur la thématique des arts numériques et des musiques ancestrales africaines puis afro descendants. A en croire l’Attaché de coopération scientifique et universitaire à l’Ambassade de France Gérald Brun, les activités inscrites dans le cadre de cette initiative ont été restreintes en raison de la pandémie du corona virus. Néanmoins, la programmation du « Novembre numérique » de cette année n’en demeure pas moins fournie.

« Nous avons rendez-vous avec une approche qui allie patrimoine culturel immatériel, mémoire et innovation digitale pour stimuler la créativité » rassure la Directrice déléguée de l’Institut français du Bénin Coline-Lee Toumson-Venite. Selon la Directrice et son collègue de l’Ambassade, le « Novembre numérique » s’éclate en 2 grands volets. Le tout premier est intitulé « Music Lab’Africa » et se veut, comme son nom l’indique, un Laboratoire de création artistique qui regroupe des artistes des scènes actuelles venus de divers horizons.

Gérald Brun, Attaché de coopération universistaire à l’Ambassade de France au Bénin. Ph/Tognidaho

Les artistes du projet « Music Lab’Africa » sont les percussionnistes Jah Baba et Bona du Wood Sound ;les chanteuses du groupe Teriba ; le guitariste Jimmy Belah du groupe Bim, tous du Bénin, suivi du DJ Jérôme Ettinger et du vidéaste Axel Vanlerberghe de la France puis enfin du percussionniste Philo et les Voix du Tambour de la Martinique. Ensemble, ils explorent le patrimoine culturel immatériel à travers des sonorités traditionnelles qu’ils fusionnent au numérique en résidence de création. En plus de cette résidence, il est également prévu des ateliers pratiques en musique et en art numérique ouverts au public, la projection du film « Bim expérience » suivie d’échange ainsi que d’autres activités.

Le 2ème volet, quant à lui, est intitulé « Mémoire Lab’Africa » et concerne surtout la mémoire de l‘esclavage et s’étale jusqu’à « La nuit des idées » en janvier 2021. Ce volet se déroule en 5 grandes étapes à savoir : la valorisation du patrimoine mémoriel de Ouidah autour de l’histoire de l’esclavage ; l’enregistrement numérique, audio et vidéo, de témoignages d’anciens et d’historiens pour appréhender l’histoire de l’esclavage à Ouidah ; l’apport des recherches universitaires dans la compréhension des faits historiques et pour l’approche méthodologique; le traitement des information recueillies pour la constitution d’une plateforme numérique dédiée et enfin la conception d’un outil de médiation à partir d’une fresque numérique établie en partenariat avec des historiens et experts internationaux de médiation culturel.

A noter que la restitution de la résidence de création autour du projet « Music Lab’Africa »est prévue pour le vendredi 04 décembre à travers un concert live à l’Ifb de Cotonou.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.