Prissy standuppeuse ivoirienne. Ph: Tognidaho

Humour à l’Ifb de Cotonou: Quand des femmes rient des travers de société

Le trio d’humoristes Norma, Prissy et Sylvanie, en tournée dans le cadre du projet « Stand up au féminin », a présenté un spectacle de stand up le vendredi 30 octobre 2020 sous la paillote de l’Institut français du Bénin site de Cotonou.Chacune d’elles, avec sa touche, a su passer un message précis et ce, dans une ambiance décontractée comme l’exige tout bon spectacle d’humour.

Sylvanie standuppeuse camerounaise. Ph/ Totgnidaho

Des dérives sociétales mises en exergue sur fond humoristique par Norma, Prissy et Sylvanie à travers un cocktail de vannes. C’est ce que le trio d’humoriste a offert au public cotonois. Venues du Cameroun (Norma et Sylvanie) et de la Côte d’Ivoire (Prissy), les standuppeuse sont embarqué les spectateurs dans un fou-rire durant 1h45 minutes.

C’est Sylvanie, la plus jeune du trio qui ouvre le bal de cette soirée humoristique. Avec une série de vannes, la jeune femme s’intéresse à « l’absurde ». Des habitudes quotidiennes en passant par les crimes terroristes jusqu’à la religion, la technologie et la science, elle met en évidence des ‘’bêtises’’ dues à l’évolution de la race humaine. Tout ceci avec une raillerie qui séduit le public. D’une vanne à une autre, Sylvaniene manque pas de transporter les spectateurs au Cameroun avec une liste des stéréotypes de certaines régions dudit pays.

Prissy quant à elle ne fait pas entorse à la réputation de son pays la Côte d’Ivoire (pays de la bonne ambiance et du show). Sur le morceau ‘’C’est doux’’ de son compatriote Obam’s, la jeune femme fait une entrée sur scène avec de fougueux pas de danse comme pour dire : ‘’je suis dans la place’’. Tout de suite, elle s’attaque au machisme. La nuance que l’humoriste fait entre les infidélités d’un homme riche et celles d’un homme pauvre va faire éclater de rire toute l’assistance. Néanmoins, Prissy reste tout de même sensible à la peine des femmes et use de son art pour inviter ces dernières à penser à leur bien-être dans leur choix de vie. La bienséance, le pouvoir d’Etat sont entre autres les thèmes que la jeune femme aborde. Elle n’hésite pas à se mêler au public pour prendre l’avis des spectateurs sur certaines thématiques.

Norma standuppeuse camerounaise. Ph/ Tognidaho

Passé ce moment de brève sensibilisation à l’endroit de la gente féminine avec Prissy, c’est autour de Norma de faire son one woman show. Celle-ci ne dénonce ni ne sensibilise. Elle se contente juste de poser les faits et de laisser le public tirer ses propres conclusions. D’une thématique à une autre, Norma s’intéresse aussi aux réalités africaines. Ici, l’humoriste met en évidence des faits avérés avec une drôle d’insistance qui plonge le public dans les souvenirs de l’enfance jusqu’à l’âge adulte.

A noter que le projet « Stand up au Féminin » est une coproduction de l’Académie panafricaine du Stand up et de l’Institut français. Il a pour mission première d’inciter les femmes à s’intéresser à l’humour. Interviewées à la fin du spectacle, Norma, Prissy et Sylvanie ont toutes été unanimes sur l’ambiance conviviale dans laquelle elles ont travaillé au Bénin. « Ils nous ont donné une feuille de route. C’est hyper organisé et le public béninois est très chaleureux » confie Sylvanie. Le trio n’a pas manqué de dire toute sa reconnaissance à tout le personnel de l’Institut français de Cotonou avec à sa tête, Coline-Lee Toumson-Venite, la nouvelle Directrice.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.