Èmi Mimo de MM YESHUA : La voix.e. de l’Esprit de Dieu.

Méchac Coffi ADJAHO connu sur scène sous le nom Maestro Méchac. C’est un artiste d’une fécondité contagieuse, polyvalent, pluridisciplinaire dans les corps de métiers de la musique. Instrumentiste, auteur, compositeur, chef de chœur, chercheur musicologue et professeur de musique de sens. La venue de l’Esprit Saint de cette année 2020 n’a pas connu le processus traditionnel des pratiques dans les églises et lieux de culte pour le prétexte de la pandémie. Toutefois, cela n’a pas empêché la sortie du premier single de MAESTRO MÉCHAC YESHUA ce jour de la commémoration de la Pentecôte. Intitulé Èmi Mimo, Esprit Saint, ce morceau lance la carrière gospel de MM YESHUA.

Le titre est déjà évocateur : Èmi Mimo (Esprit Saint). La teneur profonde de la voix dévoile une densité spirituelle. L’intensité des paroles, des mots, des phrasés sont au service de l’invocation de l’Esprit Saint. C’est un appel de voix. La prière d’entrée qui lance le refrain, celle de la fin qui clôture le dernier couplet sont portées par cette voix royale qui fonctionne comme un coussin. Cette adresse MM YESHUA à l’endroit de L’Esprit de Dieu n’est pas une chanson, c’est un antidote au bruit musical qui se fait autour de l’adoration de Dieu. Le texte fluide coule sur une harmonieuse mélodie digne du nom de Dieu. C’est majestueux ! Royal ! Axovi Si Affon ! Pas de précipitation, ni dans le jeu des instruments, ni dans la portée des voix. Même les Anges Célestes seront d’accord avec la tonalité et la symphonie du chœur. Oui, le chœur ! Voix, harmonie, simplicité, esthétique et tout un arsenal vocalique digne de la pureté de l’Esprit Saint.

Enfin la voie du gospel est tracée aux chantres qui tentent de s’effrayer un chemin dans les sillons de l’adoration dans la Royale musique divine. La chanson finit là où on commence par prendre goût. Comme d’habitude, Maestro sait faire ses victimes heureuses. Ça n’a pas raté.

Paterne Djidéwou TCHAOU

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment