« LEAVE TO LIVE » de Christian Mualu Muela, étape de création et concert samedi dernier à Cotonou
13 juillet 2013
Benjamin est un des artistes plasticiens béninois qui expose dans un des Projets spéciaux de la Biennale Regard Bénin 2012. Il s’est confié à Derkartcom.net
14 juillet 2013

Bientôt un festival annuel en Côte d’Ivoire

Le monde du cinéma verra bientôt sa consécration à l’échelle festivalesque. Et ce, grâce à un réalisateur ivoirien connu du monde du cinéma. Nous l’avons rencontré dans ses locaux de la Riviéra Golf.

Adama Coulibaly, connu plus sous le sobriquet de Arentes de Bonali, Directeur du GPACT, entendez par là le Grand Prix Africain du Cinéma, de la Télévision et des Tics.
L’homme qui a une grande vision du cinéma, nous donne un aperçu de sa création. Interrogé sur le festival en question, voilà ce qu’il répond.

Qu’est-ce que le GPACT ?

Le GPACT entendez par là, le Grand Prix Africain du Cinéma, de la Télévision et des Tics est un concept novateur sur le continent qui se tiendra à Abidjan en Côte d’Ivoire chaque année sur une période de cinq jours et qui regroupera le monde du cinéma, de la télé et des TICS.

Le GPACT ne vient-il pas rejoindre le FESPACO dans ses objectifs ?

Le GPACT par son contenu et ses objectifs est différent du FESPACO. Egalement dans sa périodicité et dans l’élaboration de ses palmarès : Le FESPACO est un festival de films d’auteurs avec une périodicité biennale, chaque deux ans. Au FESPACO, la star est plus réalisatrice que les autres compartiments, alors qu’au GPACT, la star, c’est le film, les acteurs qui sont vus dans le film. Ensuite, nous nageons plus dans le cinéma d’esthétisme, un cinéma qui se vend même s’il ne répond pas à toute sorte de critères académiques définis. Le GPACT est annuel. Le FESPACO est la promotion et la reconnaissance de l’académie. Le GAPCT, c’est la promotion et la commercialisation. Nous sommes par essence un marché avant d’être un festival. C’est le lieu où nous venons vendre toute sorte de créations. Au FESPACO, ce n’est pas le marché mais la compétition entre des créateurs. Ce qui fait du lauréat du FESPACO, un individu dont les œuvres ne peuvent être vendues.
D’ailleurs, avez-vous vu pour les dix lauréats du FESPACO, leurs œuvres vendues dans la sous-région ? Non ! Nous par contre, les films des lauréats iront à des compétions internationales. Ensuite, ces films seront remis à des majors comme les télévisions de sorte qu’ils puissent avoir une visibilité internationale. Au GPACT, tous ceux qui ont participé à l’élaboration d’un film bénéficieront d’une promotion. Ce qui permettra à l’acteur d’être vu. Il pourra aussi avoir d’autres marchés en dehors du film dans lequel il a figuré. Au GPACT, le meilleur acteur, le meilleur film et la meilleure interprétation seront sus de tous. Le GPACT vient booster le FESPACO afin qu’il aille plus de l’avant. Nous sommes une complémentarité du FESPACO. Chaque deux ans, il y’a le FESPACO. Et les années où ne se tient pas ce festival ? Que font les créateurs ? Par conséquent, ils seront au GPACT. Une fois ces acteurs et réalisateurs finiront le FESPACO, ils se retrouveront juste après au GPACT. Cela leur permettra d’être toujours en activité. Les Oscars, Cannes, les Ours de Berlin, Nostra de Vénus, tous sont annuels. Pourquoi devons-nous rester dans une biennale pour exprimer notre génie ? Ce qui fait d’ailleurs que quand l’on veut présenter un film au festival et qu’on a raté le passage au FESPACO, l’on est obligé d’attendre deux ans encore , donc quatre ans .

Qui peut participer au GPACT ?

Peut y participer, tout film venant du monde entier avec quatre critères à réunir : Le film doit être tourné soit en Afrique. S’il n’a pas été tourné en Afrique, l’un des rôles doit être tenu par un africain. Si les deux critères ne sont pas remplis, il faut que le réalisateur soit africain. Si tel n’est pas le cas, la maison de productions doit être de droits africains. L’un des quatre critères doit être réuni.

A ce jour, combien de participants enregistrez-vous ?

A ce jour, je peux vous signifier qu’il y’a 113 films inscrits dont 62 longs métrages, 16 courts métrages, 12 télésuites appelés communément feuilletons, 12 séries télévisées, 5 sitcom (situations comédies) et 6 films d’animation.

Quelles sont leurs provenances ?
L’Afrique de l’Ouest a 43 % des films inscrits au GPACT , l’Afrique du Nord 2%, l’Afrique Centrale 28 % , l’Afrique du Sud 12%, la diaspora à savoir l’Europe, l’Asie, l’Amérique et autres c’est 15%. C’est vous dire que le monde entier est représenté.

A quand la date de la tenue du GPACT et le programme ?

Il aura lieu du 5 au 9 juin prochain. La cérémonie d’ouverture est prévue pour le 5 juin avec près de 500 VIP comme convives avec des Dress Code , c’est-à-dire la tenue traditionnelle africaine obligatoire puisque ces manifestations auront lieu sur le sol africain. Il s’agit de ressortir l’africanité.
Un dernier mot ?

Je vous donne rendez-vous ce lundi 6 mai à partir de 15H 30 au centre commercial de la Riviera Golf où sera organisée une conférence de presse. Rendez-vous au cours duquel je vous donnerai plus de détails sur cet évènement avec en filigrane la liste des 27 nominés sur les 113 inscrits au GPACT. Hormis la presse, sont conviés aussi tous les professionnels du cinéma, de la télé, les professionnels des TICS.

Guy Lasme, Ivoire Presse Média(IPM).

 

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Comments are closed.

0Shares
0