Air Artiste

Bénin-Spectacle « 4M Performance » : A la croisée de 3 disciplines artistiques

Le centre culturel Africa Sound city a accueilli la représentation du spectacle intitulé « 4M Performance »dans la soirée du jeudi 5 mars 2020 à Cotonou. Une collaboration entre artistes de divers horizons, ce spectacle pluridisciplinaire a fait forte impression.

Danse, musique et slam livrés dans une symphonie orchestrée par 5 artistes de 2 continents. C’est le spectacle « 4M

Air Artiste

Performance ». Les artistes béninois Raphaël Sheyi (percussions et chant), Lucrèce Atchadé (danse), Djamile Mama-Gao (slam) et ceux français Yves Rousseau (contrebasse) puis Emmanuelle Brunat (clarinette) sont les protagonistes de ce spectacle hybride. Une création du collectif français Air artistes en collaboration avec des artistes béninois, « 4M Performance » vise à promouvoir la circulation des artistes. Elle transcende les barrières linguistiques et frontalières. Ceci en vue de s’adresser à tout citoyen du monde à travers diverses thématiques. L’amour, le vivre ensemble, la quête de l’identité et la religion sont, entre autres, les thèmes abordés dans ce spectacle.

Mots, mouvement et musique du monde contemporain (signification de 4M), le spectacle « 4M Performance » a été exécuté en plusieurs séquences et ce, durant 1h20 minutes. C’est la jeune danseuse béninoise Lucrèce Atchadé qui s’est chargée de transmettre les messages poignants, que véhiculent les textes de Djamile Mama Gao, mis en musique par Raphaël Sheyi, Yves Rousseau et Emmanuelle Brunat. La performance de la jeune danseuse explore une multitude de danses du sud en passant par le centre jusqu’au nord du Bénin. Du Toba, du Zinlin, du Hounga, du Tèkè pour ne citer que celle-là ont été valorisées. Des danses de sous-région comme le Mbalak du Sénégal, de la pop dance, le hip hop et autres danses urbaines sont également glissée dans ce show à caractère universel par la danseuse. Plus que de simples pas de danses, ses mouvements racontent une histoire.

Fidèle à lui-même, Raphaël Sheyi est resté discret mais assez percutant sur scène. Avec sa mélodieuse voix portée

Air Artiste

par la percussion, il a fait voyager le public d’Africa sound city dans biens de contrées. Tel un mantra, les airs de Raphaël ont le pouvoir de plonger dans une méditation assez profonde le temps d’une seconde. Une recette musicale dont il est le seul à avoir le secret. Avec ces envolées lyriques qui sont le condensé de plusieurs langues du monde, la résonnance des sons de clarinette d’Emmanuelle Brunat et de la contre basse d’Yves Rousseau, on aurait dit un alliage de la musique orientale à celle du Sahel.

Outre ces séquences atypiques qui nourrissent la culture artistique du mélomane, ce spectacle a connu aussi des moments de freestyle. Pas moyen de rester évasif à ce show car Djamile et Lucrèce ont fait le pari de garder éveiller les spectateurs. A travers des freestyle ou en se faufilant dans le public comme de petits enfants qui s’amusent au quartier, ces deux artistes ont amusé plus d’un sur un texte de Djamile intitulé « Mon mensonge ».

Après l’étape de Cotonou, l’aventure « 4M Performance » se poursuit avec d’autres représentations dans la sous-région et notamment à la 11ème édition du Marché des arts du spectacle d’Abidjan(Masa) qui se tient du 7 au 14 mars 2020.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.