Bénin : le groupe Debademba était en concert à l’Institut français de Cotonou

Bénin : le groupe Debademba était en concert à l’Institut français de Cotonou

le groupe Debademba, Crédit Photo Brunch

JMC 2017

Le développement de la culture africaine est une des missions que s’est donnée l’Institut français de Cotonou. A cet effet, ses responsables ont invité le groupe Debademba dans le cadre de l’organisation d’un concert à Cotonou. C’est dans la soirée du 29 septembre 2017 que le chanteur ivoirien Mohamed Diaby et le Guitariste burkinabé, Abdoulaye Traoré ont donné au public béninois un spectacle live à l’Institut français de Cotonou.

Sous la grande paillotte de l’institut français de Cotonou, le duo afro-funk a fait danser les amoureux de la musique mandingue venus à l’occasion. Assis sur un siège d’un mètre environ de hauteur, le jeune artiste ivoirien, d’une voix à la fois strident et rock, a su combler les attentes des spectateurs. « Nous sommes très satisfaits de ce spectacle…Nous avons reçu des félicitations de partout » a déclaré le chanteur ivoirien à la fin.

A travers sa musique, le groupe Debademba fait la promotion des rythmes africains. Selon Mohamed Diaby, le blues a de l’avenir en Afrique parce que « le blues vient de la musique pentatonique et la musique pentatonique vient de l’Afrique.

Au menu, il y avait ce que l’artiste appelle : « le sujet capital ». Il s’agit tout simplement de la femme. Il y avait également Dèmin et Djarabi qui signifient respectivement l’entraide et l’amour… Mohamed Diaby se considère comme étant un ambassadeur de la musique africaine. « En tant qu’Africain, je me vois très bien entrain de valoriser, de parler de la musique africaine partout dans le monde ». Il poursuit en prenant un engagement : « je ferai de telle sorte que la musique africaine prenne de l’ampleur et brise toutes les barrières ».

D’autres artistes ont fait leur apparition sur scène pour agrémenter la soirée : le slameur béninois Sergent Marcus, l’homme de la flute, en la personne de Méchac Adjaho et Kounkè, et autres guitaristes burkinabé sont également montés sur le podium.

Debademba signifie en langue Bambara, « la grande famille ». Mohamed Diaby a hérité la musique de sa mère qui est une griotte. Elle s’appelle Komba Kouyaté. Elle avait pour guitariste le même Abdoulaye Traoré qui a formé avec Mohamed Diaby le groupe Debademba à l’occasion d’une rencontre à Paris.

Hubert KIDJASSOU

Lire aussi dans cette catégorie :