Bénin-formation en arts : Le Centre chorégraphique « Walô danse center » d’Abomey-Calavi inauguré

La compagnie de danse Walô du Bénin a ouvert le Centre chorégraphique Walô danse center d’Abomey-Calavi dans l’après-midi du mercredi 23 septembre 2020. C’est un fruit du projet « Aménagement, réaménagement et dynamisation des centres chorégraphiques Multicorps de Cotonou et Walô danse center d’Abomey-Calavi » financé par l’Union européenne à travers le RePaSoc et le Ministère du tourisme, de la culture et des arts à travers le Fonds des arts et de la culture (Fac).

Créer un espace adéquat à l’apprentissage des arts notamment la danse et à la détection des talents artistiques. Le rêve nourri par la compagnie de danse Walô du Bénin depuis sa création en 2005 devient une réalité. « Walô danse center d’Abomey-Calavi », cet espace se dresse désormais au bord de la grande voie à droite après l’hôpital de zone et le tribune d’Abomey-Calavi dans le département de l’Atlantique au Bénin. « Nous avons aujourd’hui, des experts dans l’art de la transmission de la danse formés à bon escient par des formateurs avertis et nous avons désormais des lieux pouvant accueillir la formation en danse et en art en général », s’est réjouie la chorégraphe béninoise, Rachelle Agbossou à la cérémonie d’ouverture officielle de ce centre, mercredi 23 septembre dernier. Elle indique que ce rêve se concrétise enfin grâce à un projet commun entre le centre chorégraphique Multicoprs et la compagnie Walô financé par l’Union Européenne et le Ministère du tourisme, de la culture et des arts. Lequel projet a permis de rénover entièrement le centre chorégraphique Multicorps de Cotonou et de créer Walô danse center de Calavi.

Une réussite dans la nouvelle dynamique culturelle au Bénin
« C’est une réussite », témoigne Denise A. Mignawande Diakité, chargée de programme société civile au niveau de l’Unité technique d’appui à l’ordonnateur national du Fonds européen de développement (Ut-Fed). Elle avoue que ce type d’initiative participe au renforcement du capital humain souhaité dans l’axe 3 du Programme d’action du gouvernement (Pag). « C’est une initiative qui cadre avec les ambitions du président Talon d’engager une dynamique culturelle et surtout de faire du Bénin le creuset culturel de l’Afrique, un des grands pays dans le développement d’une politique culturelle et éducative ambitieuse qui permet de valoriser nos traditions, nos ressources et notre patrimoine et surtout de révéler nos talents qui sont au service du développement socioculturel », confirme Eric Totah, directeur de cabinet du ministre du tourisme, de la culture et des arts. Il défend qu’un centre chorégraphique de danse est nécessaire au Bénin pour servir de cadre et d’espace pour la formalisation des apprentissages dans le domaine. « La danse, c’est un art ; elle a besoin forcément d’un cadre dédié d’expression et de formation », a-t-il martelé, invitant les promoteurs de Walô danse center d’Abomey-Calavi en particulier la directrice artistique à redoubler d’ardeur pour faire de ce centre un véritable carrefour de savoirs.

Rentrée, le 18 septembre 2020
Déjà, la directrice rassure que comme à Multicorps, les activités seront aussi diversifiées à Walô danse center. Il y aura de la danse, de la musique, du théâtre, du cirque, les art plastiques, le livre, etc. Des partenariats seront noués avec des compagnies et écoles internationales ; des ateliers d’échanges et de formation seront organisés, … « Des activités susceptibles de rehausser le niveau et l’image du Bénin dans le monde à travers la qualité de nos créations, de nos performances », résume la directrice. Elle annonce la rentrée artistique 2020 pour lundi 28 septembre prochain.

Mais avant, le public à la cérémonie d’inauguration a eu droit à plusieurs prestations artistiques dont un spectacle de restitution présenté par près de 75 enfants. En effet, au-delà de la construction de l’infrastructure, ce projet « Aménagement, réaménagement et dynamisation des centres chorégraphiques Multicorps de Cotonou et Walô danse center d’Abomey-Calavi » conduit par Richmir Totah a permis aussi « d’amener la pratique artistique au sein des populations ». Le parcours amorcé en juin 2019 dans ce volet a impacté près de 600 enfants sélectionnés après casting dans les communes de Cotonou et d’Abomey-Calavi.

Ceux de la commune d’Abomey-Calavi ont présenté par groupe encadré par un professeur de danse, un tableau de danse qui rend compte d’un travail abattu pour leur éveil artistique, leur épanouissement et bien être en général. Entre autres, on pouvait lire dans l’expression de leurs corps sous des musiques traditionnelles du Bénin mais aussi modernes, une sensibilisation sur la pollution et ses conséquences néfastes et une invite à l’assainissement du milieu de vie.

Blaise Ahouansè

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.