Les Pépit’Arts de Mèdédjonou

Bénin-Art vivant : Les Pépit’Arts font peau neuve avec « Agoogbé ».

Les Pépit’Arts de Mèdédjonou ont présenté leur toute nouvelle création « Agoogbé » le jeudi 24 septembre 2020 dans la grande salle du Fitheb à Cotonou. Une soirée riche en couleurs où ces jeunes artistes ont réaffirmé leur engagement à révéler la richesse culturelles, artistiques et patrimoniales de leur comme Adjarra.

Quelques mois après leur participation au Marché des arts et de spectacles d’Abidjan (Masa) en Côte d’Ivoire, la troupe de danse et de percussion « Pépit’Art » de Mèdédjonou se révèlent encore plus performante avec une nouvelle création intitulée « Agoogbé ». Une initiative de l’Association des « Leaders solidaires de Mèdédjonou », les Pépit’Arts ont été mis sous les fonds baptismaux en juillet 2018. Depuis, ils enchainent des prestations sur divers événements artistiques. Et ce tout nouveau spectacle montre combien ces jeunes talents travaillent à révéler la richesse culturelle de leur commune Adjarra.

Pour qui a vu le début de ce groupe de jeunes talentueux, il s’est opéré un grand changement. Le costume, la gestion scénique, la synchronisation des voix ainsi que la performance chorégraphique, tout a été retravaillé. Ils ont tout simplement évolué. Agés de 5 à 20 ans, les Pépit’Arts ont tenu en haleine le public pendant 1h30 sans laisser transparaître le moindre signe de fatigue. Sourire, fougue et prestance caractérisent leur performance.

Plus d’une trentaine dont 20 au-devant de la scène avec chacun sa percussion et une dizaine au chœur puis à la percussion en arrière, les Pépit’Arts ont fait sensation. C’est avec une série de panégyriques claniques de la vallée de l’Ouémé que le spectacle « Agoogbé » démarre. Kpahlouè, Massè Gohoun, Kaka sont entre autres, les rythmes qui ont meublé ce spectacle d’environ dix tableaux artistiques. Ces petits ont révélé la richesse culturelle d’Adjarra ‘’la cité des tambours’’. Mais ils ne sont pas rester que dans leur commune d’origine. Les Pépit’art sont également survolé quelques rythmes du Nord au Sud Bénin dont le Tèkè, le Tipènti, le Akohoun…

Le lead vocal qui a déjà l’étoffe d’un grand chanteur, aborde chaque note vocale avec sourire et assurance. On aurait dit un ‘’Adjahoui’’(une des plus grandes figures de la musique traditionnelle au Bénin) en miniature. Mais il ne sera pas seul à porter la voix des Pépit’Arts dans ce spectacle. De nouvelles voix se sont révélées avec des reprises de morceaux bien connus du public béninois. D’un tableau artistique à un autre, ces jeunes talents fusionnent diverses chansons modernes et traditionnelles à perfection et suscitent des cris euphoriques chez les spectateurs. Même des rythmes comme la salsa et le coupé-décalé de la Côte d’Ivoire ont su trouver leur place avec les percussions traditionnelles.

Plus d’un tour dans leur manche, ils vont créer la surprise de la soirée avec un petit garçon de 6 ans qui va se mettre en première ligne pour gérer de main de maitre la principale percussion du rythme Massè. Le public est en extase face à de frêles et petites mains qui font raisonner une percussion dont seuls les percussionnistes confirmés ont le secret. Passé ce moment de surprise, les Pépit’Arts vont se déchainer et laisser libre court à leur euphorie en enchaînant des figures chorégraphiques et acrobatiques assez osées pour clore le spectacle « Agoogbé ».

Invité sur scène à la fin du spectacle, le Ministre des Sports Oswald Homéky, pour avoir vu leur début depuis le temps où il occupait le portefeuille du Ministre des arts et de la culture,a exprimé sa joie de les revoir sur scène avec autant de créativité. « Aujourd’hui je suis très ému parce que je connais le début de ce groupe » confie-t-il. Oswald Homeky invite le public à soutenir, dans la limite de leur possibilité, ces jeunes talents. Aussi les invite-t-il à devenir les Ambassadeurs des Pépit’Art afin de communiquer leur talent au reste du monde.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.