Yèmissi Fadé, écrivaine béninoise : « Que les autorités du Bénin n’oublient pas la diaspora »

Yèmissi Fadé, écrivaine béninoise : « Que les autorités du Bénin n’oublient pas la diaspora »

JMC 2017

Auteure de deux ouvrages, un recueil de nouvelles, Impudiques, et un recueil de poésie, Vivre et vaincre, Eliane Chégnimonhan Fadé, également connue sous le nom, Yèmissi Fadé est une entrepreneure en événementiel et présidente de l’association Bénin Optimiste. Elle vit à Angers dans l’Ouest de la France. Ecrivaine à la plume ascendante, elle travaille inlassablement pour faire découvrir autour d’elle les arts et cultures de son pays. Littérature, cinéma et cuisine sont ses domaines d’intervention. Yèmissi Fadé est à l’honneur dans le groupe Acteurs Culturels Béninois de la Diaspora, pour le compte du mois de mai 2017.

Elle se confie à dekartcom à travers à cette interview :

Dekartcom.net : Comment êtes- vous venue à l’écriture ?
Yèmissi Fadé : J’ai commencé à écrire à l’âge de 11 ans. J’ai terminé mon premier roman autobiographique à 13 ans mais ma mère me l’a confisqué, j’ignore encore la raison à ce jour.

Avez- vous une formation littéraire à la base ?
J’ai commencé par un cursus en comptabilité après l’obtention de mon diplôme de BEPC. Mais très vite, réorientée en série littéraire parce que bien qu’étant élève comptable, les lettres étaient tout pour moi. Mon entourage s’en est rendu compte et le tir a été rectifié. Donc Oui j’ai une formation de littéraire.

Aujourd’hui, vous vivez en France. Comment se porte la culture béninoise dans ce pays ?
Bah, ce serait égoïste de ma part de vous dire qu’elle se porte à merveilles. Il y a des hauts et des bas. Mais les Béninois comprennent de plus en plus (comme les autres Africains notamment les Maliens, Sénégalais et autres communautés) qu’il faut se mettre ensemble pour porter haut les couleurs de notre pays surtout hors de ses frontières.

Quelles sont vos activités pour promouvoir les arts et cultures béninois en France ?

Yèmissi Fadé, écrivaine béninoise

Yèmissi Fadé, écrivaine béninoise

Déjà par la parution de mes ouvrages et à travers mes récits, je fais voyager ceux qui n’ont jamais foulé le sol du Bénin. Ensuite, j’essaie d’exporter à ma façon la cuisine du pays grâce à mon blog de cuisine Miam-miam Bénin que beaucoup d’étrangers à notre culture découvrent et apprécient. Egalement, j’ai créé une entreprise en évènementiel qui tourne autour des saveurs et de la décoration africaine notamment béninoise. Je propose donc des menus constitués de plats de chez nous avec parfois des modifications d’ingrédients. On fait avec les moyens de bord comme ça se dit. (Rires)

Enfin, je suis bénévole de Cinéma et Cultures d’Afrique (une association française qui ouvre pour faire connaître les réalisateurs africains en France) au sein de laquelle j’apporte des informations sur le Bénin, l’environnement social, le quotidien des Béninois…etc

Pour me suivre
Page Facebook Miam Miam Bénin
Page Faebook Talents du Bénin

Mes sites :
www.miammiambenin.com
www.talentsdubenin.org
Et si vous voulez adhérer au groupe Miam-Miam Bénin pour plus d’interactions avec les amateurs de la cuisine de chez nous et d’ailleurs c’est ICI.

Vous avez en projet, le lancement, au Bénin de votre magazine Talents du Bénin. Veuillez – nous présenter cette initiative.
Talents du Bénin est ma passion première lorsque j’ai foulé le sol français. J’ai commencé par la page Facebook en 2012, puis créé un blog dédié, il y a un an. Ce serait logique d’aller vers une publication papier. Mais le projet est encore embryonnaire. Car mobiliser une équipe de rédaction à distance n’est pas chose aisée. Mais on y croit !

Yèmissi Fadé est mère de combien d’enfants ?
J’ai entendu dire qu’une femme ne peut pas donner le nombre de ses enfants tant qu’elle n’a pas raccroché Dame nature au nez…Rendez-vous donc dans quelques années (rires). Oui je suis mariée à un Béninois.

Quels est son plat et sa boisson préférés ?
Je vais vous décevoir. J’aime tout ! Je donnerais tout pour avoir du « adôyo » ici. Je remplace cela donc par de l’eau citronnée (rires)

Son coup de cœur
Je rends hommage à la jeunesse de mon pays qui prend des initiatives, qui se bat presque sans rien ! Je suis touchée par cette génération de battantes et de battants (dont peut-être je fais partie) qui combine passion et obligation. Je suis également épatée de voir que le Béninois sort lentement de cet esprit de « Gbadétché djin na bi » du moins, la jeunesse engagée comme j’appelle ce beau monde. De même, c’est heureux de constater que beaucoup comprennent qu’il ne fait pas que beau hors du pays, s’engagent et font de belles choses pour l’évolution de cette patrie commune.

Coup de gueule
Que les autorités du Bénin n’oublient pas la diaspora. Il y a beaucoup d’associations béninoises qui œuvrent pour faire connaître le Bénin et sa culture. Elles ont besoin d’être connues et leurs actions reconnues à juste valeur.

Notre culture, c’est notre ADN. Chacun doit à son niveau faire quelque chose pour qu’on n’enseigne pas à nos enfants notre culture dans le futur. Cela passe déjà par nos langues : parler nos langues à nos enfants, manger et valoriser nos plats, tout cela tend à disparaître peu à peu…

Qu’est-ce que vous souhaitez pour le Bénin ?
Fifa (la paix) Alafia (la santé) pour chaque personne, Noukonyiyi (la prospérité), Wanyinyin (l’amour). L’amour et l’entraide nous manquent énormément ! Si seulement nous pouvons conjuguer nos efforts, converger nos actions, reconnaître à chacun sa place, aimer les autres en sachant qu’ici bas, nous sommes de pèlerins sur terre…les choses seraient plus simples. Ne vivons plus cachés pour être heureux ! Osons apporter notre pierre à l’édifice Bénin.

Merci à vous pour cette tribune libre que vous m’offrez pour parler de mes modestes activités. Cela fait bizarre car d’habitude c’est moi qui interviewe les autres pour mon site TDB. (Rires).
Longue vie à vos projets.

Merci

Réalisation : Esckil AGBO 

Le Centre
Lobozounkpa Commune d’Abomey-Calavi (République du Bénin)
Facebook : Le Centre
Site internet : www.lecentredubenin.com
Adresse mail : lecentreinfo.benin@gmail.com
Téléphone : (+229) 62 93 29 10 – 97 29 32 00

Le Petit Musée de la Récade
Horaires d’ouverture : 10h00-12h30/15h00-18h30
Nous rejoindre / indication : Lobozounkpa (Atrokpocodji),
Première von à gauche avant le collège ˝La Plénitude˝ en venant de Cotonou.

Lire aussi dans cette catégorie :