Monsieur le Ministre, bienvenu dans une maison en ébullition

Des cris, de la rancœur, de la colère, le désenchantement : voilà l’ambiance qui règne dans la famille culturelle béninoise, à la nomination de M. Ange N’Koué, Ministre de la Culture et du Tourisme. Le feu y est allumé ; la colère y gronde, tel le tonnerre qui annonce une pluie diluvienne. Monsieur le Ministre, vous êtes le bienvenu mais la maison est en ébullition.

Monsieur le Ministre, les acteurs culturels ont toujours prié pour avoir à la tête de leur ministère, un des leurs. Un homme ou une femme du domaine culturel. Ils acceptent malgré eux, les profanes de la culture qu’on leur envoie. Vos deux prédécesseurs immédiats constituent des exemples incontestables.

Monsieur le Ministre, Ange N’Koué

Monsieur le Ministre, Ange N’Koué

Vous, vous n’êtes pas un profane. Vous semblez bien connaître la maison. C’est votre secteur. Expert en inspection et vérification¸ vous êtes, M. le Ministre un leader charismatique en management et gestion de projets. Les Arts, Cultures et Education sont vos meilleurs domaines d’intervention. Vous n’êtes pas un intrus. Vous connaissez bien la maison.

Votre ambition est de mettre en place une réelle politique de soutien aux vocations et talents artistiques.

Monsieur le Ministre, le fonds pour aboutir à cette fin existe. Le Milliard culturel que gère le Fonds d’Aide à la Culture (FAC). C’est le fameux fonds qui met en ébullition depuis peu, le secteur que vous êtes désormais appelé à défendre au Conseil des Ministre.

Le Ministère de la Culture à travers le FAC est en ébullition. Je n’ose pas dire qu’il est en feu mais un printemps s’annonce. Les acteurs culturels _ la majorité, jeunes comme anciens, préparent une terrible révolution culturelle.

Ils s’engagent, désormais, pour dépourvoir leur secteur, des sangsues et prédateurs, qui ne font qu’aliéner les vocations artistico- culturelles. Ils sont fatigués d’assister à l’assassinat de la culture béninoise, à coups d’intérêt passagers, par certains Hommes, tapis au Fonds d’Aide à la Culture (FAC).

Ils se disent plus que jamais aguerris pour démolir la grosse machine de fraude, corruption, amateurisme et népotisme, installée au Fonds d’Aide à la Culture.

Bénin _ Election FAC Le droit de vote de l’acteur culturel arraché selon la plateforme Wanilo

La goutte d’eau qui fait déborder la vase est le décret N°2015- 486 du 07 septembre 2015 portant création, attributions, organisation et fonctionnement du FAC, lequel, dans le cadre de l’élection des membres du Conseil d’Administration du FAC (prévue pour le 18 avril 2016), en son article 7, attribue le droit de vote aux fédérations d’associations culturelles au détriment des acteurs culturels, pris individuellement.

La majorité des travailleurs de la chaîne culturelle ne se retrouve pas dans ces fédérations et leurs dépositaires, aux yeux des révoltés, sont de moins en moins crédibles. Sur le terrain, ils sont totalement absents.

Le milliard culturel est déboursé par l’Etat, chaque année, depuis près de dix ans. Mais il n’y a pas un véritable impact ni sur l’environnement culturel ni sur celui économique. L’argent est distillé à bon vent. Et il est urgent d’arrêter la saignée.

Monsieur le Ministre, vous pouvez stopper le processus électoral en cours. Non, il est de votre devoir de mettre fin à la gabegie financière au FAC. Ceci en arrêtant la procédure électorale enclenchée.

Le geste qui amorcera la redynamisation du FAC, ceci pour une gestion saine du milliard culturel.

Notre culture en sera bénéficiaire ad vitam aeternam.

Esckil AGBO

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.