Mamou Daffé, Directeur du festival sur le Niger. Crédit photo: Tognidaho

MASA 2018/ Notre Invité du Jour : Mamou Daffé, Directeur du festival sur le Niger

MASA 2018/ Notre Invité du Jour : Mamou Daffé, Directeur du festival sur le Niger
Mamou Daffé est le directeur du Festival sur le fleuve Niger qui se déroule annuellement à Ségou au Mali. Il est l’un des grands opérateurs culturels du continent africain. Il nous confie dans cette petite entrevue, son expérience du modèle économique des arts de la scène.

Lisez

«Nous avons un modèle économique qui soutient la démarche au plan local. Nous avons une organisation qui travaille sur les produits dérivés, sur les contenus. Nous avons compris qu’avec le numérique, qu’avec le streaming, il y a un marché pour les arts de la scène. La nouvelle économie culturelle est numérique. L’enjeu majeur est l’exploitation des produits culturels.

Je suis venu présenter le modèle du Festival sur le Niger. Nous travaillons sur notre audience parce qu’il faut une harmonie entre le public et les créations. L’art de la scène dans un village n’est pas le même qu’à Abidjan, une ville.Il faut, à cet effet, imaginer des solutions innovantes pour faire en sorte que les arts de la scène s’inscrivent définitivement dans la dynamique d’industrie culturelle. Nous devons éviter les confusions de rôle. Nous devons avoir une vision qui met chacun dans son rôle.

On ne doit plus considérer l’action culturelle comme un champ de divertissement. L’action culturelle est, dans les faits, un domaine qui embrasse plusieurs corps de métier. En plus d’être un métier qui éduque, qui œuvre pour la paix et la cohésion, c’est aussi un domaine de business lucratif.

Enfin, je pense qu’il faut être un entrepreneur et développer un esprit d’entrepreneur».

Propos recueillis par Esckil AGBO, envoyé spécial à Abidjan (Le Journal du Masa)

  • 122
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment