Jeux de la Francophonie 2017/Sculpture : Echange avec le Béninois Rémy Samuz

Jeux de la Francophonie 2017/Sculpture : Echange avec le Béninois Rémy Samuz

l'artiste sculpteur béninois Rémy Samuz. Crédit photo: Tognidaho

JMC 2017

Ouverts le 21 juillet dernier, les huitièmes jeux de la francophonie se poursuivent jusqu’au 30 juillet prochain. A Abidjan, où ils se tiennent, les rencontres se multiplient, les challenges se laissent voir et entendre. En attendant le verdict dans la catégorie « Sculpture/Installation », nous avons eu quelques minutes d’échange avec le Béninois Rémy Samuz. Il reste confiant.

Lisez l’interview

Les œuvres de Rémy Samuz en exposition aux huitièmes jeux de la francophonie à Abidjan.

Les œuvres de Rémy Samuz en exposition aux huitièmes jeux de la francophonie à Abidjan.

Dekartcom.net : Comment se déroule votre participation aux huitièmes jeux de la Francophonie ?
Rémy Samuz : Je participe en tant sculpteur. Je suis en compétition avec une installation intitulée : L’Avenir.

Et cette installation, elle est constituée de combien d’œuvres ?
Elle est constituée de trois œuvres qui renvoient, chacune à l’avenir.

Quels sont les messages que portent ces œuvres ?
L’avenir est une promesse à remplir avec le temps. L’installation est composée d’une reine – mère qui porte en elle l’avenir. Vous savez, pour un avenir meilleur, il faut un siège de conscience, un siège de pensée. Il y a le père qui pense au monde, un monde rempli de mystère. Au niveau de la 3ème œuvre, nous avons un enfant qui symbolise l’avenir de l’humanité. Il tient un tricycle qui représente une grande roue qui tourne et qui émerveillera le monde au fur et à mesure qu’elle tournera vers un avenir meilleur.

Espérez- vous une distinction ?
(Sourire). Comme tout compétiteur. J’ai remarqué une liberté d’expression de matières différentes. Le bois, la récupération, le fil de fer, le plastique pour chacun de nous. Tout se déroule bien dans ma catégorie. Nous avons eu un atelier de travail sur place ; des rencontres, de partage dans une bonne convivialité.

Réalisation : Esckil AGBO, envoyé spécial à Abidjan

Lire aussi dans cette catégorie :