exposition rétrospective sur les 30 ans d’existence du Fitmo. Ph/ Tognidaho

Burkina-Fitmo 2019 : La mémoire du festival à travers une exposition

Du 30 octobre au 02 novembre 2019, le théâtre de verdure Sony Labou Tansi de l’espace culturel Gambidi a abrité une exposition rétrospective sur les 30 ans d’existence du Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (Fitmo). Cette exposition-photo a permis de revisiter toutes les éditions de ce festival.

30 années d’existence condensées sur 34 tableaux contenant 96 photos. C’est l’exposition rétrospective marquant le trentenaire du Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (Fitmo). Accrochées au mur du théâtre de verdure Sony Labou Tansi de l’espace culturel Gambidi, ces photos sont la mémoire du Fitmo. Réparties par édition, elles sont accompagnées de légendes permettant aux uns et aux autres de se plonger dans le parcours de ce festival d’envergure internationale qui comptabilise 17 éditions.

C’est le Docteur Hamadou Mandé, Directeur artistique du Fitmo qui a dirigé la visite de l’exposition. Tout en faisant des commentaires sur chaque tableau, il a permis aux visiteurs de mieux s’imprégner. Le coup de cœur des visiteurs est l’affiche de la toute première édition du Fitmo en 1989. Fait en calligraphie elle témoigne de l’engagement des pionniers à cette époque. Les anciens comédiens et autres habitués de l’espace Gambidi ont été émerveillés par cette exposition. Certains se sont même retrouvés sur des photos d’anciennes éditions. Hubert Jégat, artiste marionnettiste très ému de se voir sur une photo de l’édition 2005, n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction quant au travail abattu.

Le mérite de cette exposition rétrospective revient aux commissaires dont Cheik Tarnagda et Alexandre Meda, assistés par les autres membres de la commission. Ils ont travaillé d’arrache-pied pendant six mois pour que ladite exposition se réalise. Les spectateurs quant à eux n’ont pas hésité à féliciter ces derniers pour le travail d’archivage qui a été fait.

Alexandre Meda a, au nom des responsables du Fitmo, prié tous ceux qui possèdent des photos ou affiches des éditions passées à se rapprocher d’eux pour poursuivre cet effort de conservation de la mémoire du festival.

Harouna Neya

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment