Bénin : Le Parc national de la Pendjari renaît

Bénin : Le Parc  national de la Pendjari renaît

Le Parc national de la Pendjari. Photo: DR

JMC 2017

Tel le phénix, le parc de la Pendjari renaît. Le gouvernement béninois vient de déléguer sa gestion à African Parks Network, une Organisation Non Gouvernementale (Ong), réputée dans l’administration des réserves naturelles et déjà présente dans dix pays du continent africain.

La volonté de l’Exécutif béninois de déléguer la gestion du parc national de la Pendjari à une Ong spécialisée dans ce domaine est favorablement accueillie par le public, notamment les professionnels qui travaillent du secteur.

Joséa Dossou- Bodjrènou est Expert en protection environnementale, Directeur de l’Ong Nature Tropicale. Il apprécie : « les mesures prises par le gouvernement en faisant appel à African Parks Network pour la gestion du parc national de la Pendjari est très salutaire. Cette Ong est expérimentée et est présente dans d’autres pays d’Afrique… Car avec la destruction de l’habitat, on n’aura plus d’animaux et on ne parlera plus du tourisme ».

A sa suite, le journaliste Alain Tossounon, spécialiste des questions environnementales livre à Dekartcom son avis : « le travail qui se fait par rapport à la conservation de la biodiversité au Bénin est formidable. Il y a dans notre pays un silence total au sujet de la conservation de notre espace. Il fallait que l’Etat prenne ses responsabilités par rapport à la gestion des parcs car au delà de la destruction des espèces qui y vivent c’est qu’on est allé jusqu’a détruire l’habitat. L’arrivée d’African Parks Network est à ovationner ».

En confiant la gestion du parc à cette Ong internationale, l’Etat béninois entend mettre en place des « infrastructures et équipements pouvant faciliter les activités touristiques, avec un impact économique sur les revenus et le développement des communautés riveraines ». Selon le communiqué officiel du Conseil des Ministre du mercredi 17 mai 2017, le contrat reliant l’Etat béninois à African Parks Network est de dix ans. Toutefois cette précision, est à considérer: « la mise en œuvre du Programme d’action gouvernemental pour le développement des patrimoines et du tourisme, en partenariat avec African Parks Network, comprend un dispositif de sécurisation et de protection du complexe de la Pendjari et un plan d’affaires quinquennal (PAQ) qui inclut un plan d’urgence de six (06) mois ».

D’ores et déjà, apprend-t-on, African Parks Network se prépare pour lancer le recrutement des Rangers (gardes forestiers) qui suivront une formation relative à la sécurisation des réserves naturelles. Ces derniers, semblent savoir, l’Expert Joséa Dossou- Bodjrènou interviendraient spécifiquement au niveau de la Pendjari.

L’axe routier menant à la Pendjari aménagé
Le gouvernement béninois a également prévu dans son plan d’action l’aménagement de l’axe routier Tanguiéta-Batia-Konkombri-Mékrou Banikoara¬ Sampéto pour « la desserte de la réserve de biosphère de la Pendjari ». Il s’agit d’une mesure qui améliorera l’accès à la Pendjari.

En œuvrant ainsi, le Bénin vise à long terme de « réhabiliter et d’enrichir le complexe du parc national de la Pendjari et sa périphérie en tant que partie intégrante du plus grand écosystème de savanes protégées d’Afrique de l’Ouest ». C’est une politique qui « implique une gestion efficace et moderne, adaptée aux objectifs de conservation, tout en contribuant au développement du tourisme et à une nouvelle dynamique de développement économique et social. »

Selon nos recoupements, le coût global du plan d’affaires est de vingt-six millions de dollars US, soit environ quinze milliards six cent millions de FCFA. Le Bénin y contribue à hauteur de trois milliards six cent millions de FCFA et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF), douze milliards de FCFA.

Pour rappel, le parc national de la Pendjari est l’une des destinations touristiques les plus prisées au Bénin. Situé dans le Nord – Ouest du pays, il constitue la zone où se concentrent l’atmosphère et l’écorce terrestre : la réserve biosphère de la pendjari.

Sur les 480 000 ha de la réserve, on y découvre « une diversité de milieux écologiques suffisamment grands pour permettre le maintient et l’expansion d’une biodiversité animale et végétale représentative de la savane Ouest africaine. En plus des espèces de faune sauvage communes à la savane ouest africaine telles que l’éléphant, le buffle, le lion etc., la particularité de la Pendjari est l’observation directe d’espèces menacées en Afrique de l’Ouest comme le guépard et le damalisque. En outre, elle est le refuge d’espèces endémiques de plante (Thumbergia atacorensis) et de poissons tels que Synodontis arnoulti, Barbus parablabes, Steatocranus irvinei, Synodontis macrophthalmus, Brycinus luteus, Irvineia voltae, Barbus guildi, Micropanchax bracheti.

Esckil AGBO – Dekartcom, juin 2017.

Le Centre
Lobozounkpa Commune d’Abomey-Calavi (République du Bénin)
Facebook : Le Centre
Site internet : www.lecentredubenin.com
Adresse mail : lecentreinfo.benin@gmail.com
Téléphone : (+229) 62 93 29 10 – 97 29 32 00

Le Petit Musée de la Récade
Horaires d’ouverture : 10h00-12h30/15h00-18h30
Nous rejoindre / indication : Lobozounkpa (Atrokpocodji),
Première von à gauche avant le collège ˝La Plénitude˝ en venant de Cotonou.

Lire aussi dans cette catégorie :