@DR

Bénin – Culture : Ils sont aux anges dans le ridicule…

« La perfection se compose de minuties. Le ridicule est de les mettre hors de leur place ». Cette pensée du moraliste et essayiste français, Joseph Joubert cadre bien avec le sort de la culture béninoise ces dernières années. Ils ont réussi à la déloger pour la faire asseoir sur un fauteuil roulant et la balancer au gré d’intérêts personnels et égoïstes.

Ces hommes humilient mon pays… Ils blessent l’amour- propre de ma culture… Leurs tristes comédies ont mis ma culture en berne où des policiers français, dans leur devoir, renvoient des artistes béninois.

C’est normal. La France n’est pas aussi ouverte qu’on ne le pense. Quand on ne vit pas en France, on n’a pas de légitimité pour y organiser d’événements. Encore faudrait-il connaitre les réalités du pays en y vivant. Qu’en-est-il d’un promoteur qui vit les réalités de la France de son petit écran depuis le Bénin ? Comment s’organise le « Bénin Culturel à Paris » ou la « Semaine Culturelle du Bénin à Paris » ? Sur quelle base légale sont organisés ces événements ?

Pour le premier, nos recoupements nous conduisent vers le sieur Codjovi Tossou, Promoteur de Miss Bénin France Europe et Responsable de Diaspora Academy Association. C’est ce dernier puisque résidant à Paris, apprend-t- on de source proche d’un artiste, qui prend la responsabilité d’inviter les artistes du Becup. Ceci en contrepartie de prestation sur la scène de Miss Bénin France Europe. Et puisqu’il s’agit d’invitations officielles, Codjovi Tossou se doit de justifier la présence des artistes sur son événement.

Autrement dit, c’est Tony Yambodè qui organise le Becup. Mais pour défaut de base légale en France, il passe par Codjovi Tossou pour rendre officielles les invitations des artistes y compris même celles des officiels béninois. Par conséquent, c’est ce Béninois résidant à Paris qui endosse toute responsabilité afférente au Becup au prix d’animation d’artistes sur Miss Bénin France Europe. Mutant Kpomèdji et Nilla n’ont donc pas presté gratuitement sur Miss Bénin France Europe 2016, comme l’a fait croire Tony Yambodè au site dekartcom.net si l’on s’en tient à ces informations.

Cela relève de l’ingratitude et il faut oser le dire surtout quand on a lu ces propos du promoteur : « BENIN CULTUREL A PARIS, la deuxième édition a eu lieu avec trois groupes d’artistes : Groupe AXWADI, NILA et KOKPEMEDJI pour une délégation composée de onze personnes. Nous avons joué sur MISS BENIN France EUROPE sans cachet après que j’ai supplié presque le promoteur de Miss Bénin France Europe en la personne de Codjovi TOSSOU ».

Comme un problème ne vient jamais seul, le défaut de base légale a également engendré des difficultés relatives aux salles de spectacles. Résultat : les ambassadeurs de la culture béninoise se retrouvent dans la rue pour être chassés par la police. Quelle humiliation pour ma culture !

Si le ridicule tuait, il y a longtemps que nous ne serions plus de ce monde. Pour outrage à la culture de notre pays. Pour offense répétitive à nos valeurs, à nos créations artistiques.
Ne me demandez pas de vous conter l’épisode de la « Semaine Culturelle du Bénin à Paris » de la Direction de la Promotion Artistique et Culturelle (DPAC) de Patrick Idohou.
Sinon vous tomberez des nues.

La question qui est actuellement sur toutes les lèvres des acteurs et promoteurs culturels engagés est de savoir l’impact des soi-disant BECUP, RIASUP de Tony Yambodè ainsi que l’impact de la Semaine Culturelle du Bénin à Paris quand on sait que ces événements sont financés à coût de millions du contribuable béninois. L’autre vous dira qu’un des impacts est déjà de tenir la deuxième fois consécutive son événement.

J’ai juste envie d’être grossier en disant tchipppp, si le ridicule tuait !

Esckil AGBO

No Comments

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.