réalisateur bénino-togolais Sanvi Panou. Ph/DR

Bénin-Arts : Sanvi Panou propose le panafricanisme pour une Afrique prospère

De retour au pays, le réalisateur bénino-togolais Sanvi Panou, a tenu une rencontre avec des hommes de médias dans la matinée du mercredi 10 avril 2019 à son domicile sis au quartier Fidjrossè à Cotonou. 3 principaux points ont été abordés par l’artiste, au cours de cette rencontre, à savoir : son combat pour les droits de l’homme, sa vision pour la gouvernance culturelle du Bénin et sa série télévisée « 2e bureau ».

Faire un documentaire pour retracer le parcours du célèbre président ghanéen et père du Panafricanisme, Kwame Nkrumah. Tel est le projet de l’artiste bénino-togolais Sanvi Panou pour contribuer à l’éveil de conscience des peuples africains.Après 50 années de carrière internationale,cet artiste connu pour son combat axé sur les droits de l’homme, entend désormais se consacrer plus au panafricanisme.« Je ne peux que m’accrocher à mon art pour exprimer mon panafricanisme » fait-il savoir.

Pour Sanvi Panou, il est important que les dirigeants africains se réfèrent aux idéologies de Kwame Nkrumah afin de sortir l’Afrique de la précarité.A en croire l’artiste, les Etats africains resteront vulnérables à toutes sortes d’attaques tant qu’ils ne vont pas fédérer pour former une seule puissance. Le cinéaste a en projet, parcourir plusieurs contrées d’Afrique et d’Occident pour montrer les actions et l’impact du Panafricanisme de Kwame Nkumah. « Depuis 1950, cet homme a déjà écrit la constitution des Etats Unis d’Afrique, il suffit de s’y intéresser » insiste-t-il.

En plus de son dévouement au panafricanisme Sanvi Panou est également intéressé par les arts et la culture de son pays. Il se prononce sur l’état de la culture au Bénin. Car « l’action culturelle et artistique n’est pas qu’un simple divertissement. C’est aussi un impact ». A l’en croire l’Etat béninois ne prend pas vraiment au sérieux le secteur des arts et de la culture. « C’est triste de voir que notre pays ne dispose pas d’un seul Théâtre national, après plus de 50ans d’indépendance», regrette-t-il. Selon le cinéaste, la force d’un Etat c’est aussi sa capacité à porter sa culture au-delà de ses frontières. Son souhait est que le théâtre populaire soit redynamisé pour donner la parole au bas peuple. Aussi préconise-t-il une véritable réflexion étatique avec des budgets conséquents afin que la culture émerge.
Il a été également question pour Sanvi Panou de donner quelques précisions sur sa série télévisée ‘’2e bureau’’, en diffusion depuis le 1 avril 2019 sur la télévision nationale Ortb. Tout en rendant hommage à l’actrice principale Margueritte Johnson récemment décédée, il invite les téléspectateurs à prendre le rendez-vous. Selon lui, la thématique abordée est commune à bien de peuples. « La série ne fait pas l’apologie de l’infidélité mais elle la dénonce plutôt » confie-t-il.

Il faut rappeler que Sanvi Panou est un grand artiste dont les prouesses sont reconnues. Pluridisciplinaire, il a eu un parcours atypique qui lui a permis de valoriser la culture africaine à l’échelle internationale. Comédien, metteur en scène, acteur, producteur, réalisateur, distributeur et 1er slameur béninois, l’artiste a également fait de la musique.

Inès Fèliho

  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment