Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération Aurélien Agbénonci et Gérard Quenum et les artistes exposants Karimi Chouyouti. Photo/DR

Bénin-Arts plastiques : Gérard Quenum et Karimi Chouyouti en exposition à la Résidence de l’Union européenne.

Il s’est tenu dans la soirée du jeudi 21 février 2019 à la Résidence de l’Union européenne sis à Cotonou, le vernissage d’une exposition collective. Organisée par Oliver Nette Ambassadeur et Chef de la Délégation de l’Union européenne au Bénin, cette exposition met à l’honneur les œuvres des artistes béninois que sont Gérard Quenum et Karimi Chouyouti.

Essentiellement composée de peintures sur toile et de sculptures de bois de cocotier, l’exposition collective de Karimi Chouyouti et Gérard Quenum est la troisième qui s’organise à la résidence de l’Union européenne.Elle vise à mettre en lumière le talent et l’ingéniosité de ces deux artistes. Cette exposition, comme les deux précédentes, répond au souhait de l’Ambassadeur Oliver Nette de donner plus de visibilité aux artistes béninois. Ceci à travers un cycle d’exposition prévu pour se tenir jusqu’en 2021. « Nous allons essayer d’exposer trois couples d’artistes par an. Puisque le fil conducteur des expositions est de toujours présenter ensemble des sculptures et des toiles » confie l’Ambassadeur et Chef de la Délégation de l’Union européenne au Bénin.

L’oeuvre de l’artiste Karimi Chouyouti

Avec chacune de leurs œuvres les artistes s’affirment et expriment des pensées à travers différentes matières. Karimi Chouyouti lui, s’intéressent au recyclage du bois de cocotier. Il parcoure plusieurs pays africains à la recherche de plantes de cocotier vielle de plus de 50 ans, qu’il recycle, transforme en tabouret pour en faire des objets d’arts. Très utilitaires avec des motifs esthétiques et artistiques, les sculptures de Karimi Chouyouti sont démontables et prennent diverses formes au gré de son utilisateur. Ainsi le tabouret devient une table de nuit, un siège ou simplement une œuvre décorative.

Au-delà de l’art et de l’aspect décoratif, l’artiste voit également en sa démarche, une alternative écologique. « Je travaille exclusivement le bois de cocotier parce que l’aspect écologique et environnemental m’intéresse beaucoup. C’est important pour moi de redonner vie à un arbre qui est presque mort car à partir de 70ans au plus le cocotier n’a plus de rendement », insiste l’artiste pour justifier le choix de ce bois.

Les œuvres de Gérard Quenum quant à elles semblent abstraites, quand bien même figuratives. Elles nécessitent plus de concentration et font appel à l’intellect pour une compréhension approfondie.L’artiste se refuse d’ailleurs d’imposer au public une lecture stéréotypée de ses œuvres. Chacun y va donc de son interprétation pour se les approprier.

Toutefois l’on perçoit sans aucun doute que l’artiste s’intéresse au quotidien des Hommes. Avec des silhouettes et des formes qu’il peint sur fond blanc, les tableaux de Gérard Quenum sont très peu chargés. Deux couleurs que sont le noir et le bleu caractérisent généralement ses toiles. Aussi fait-il parfois recours au jaune et au rouge. « Je fais un travail assez profond. Je travaille à faire ressortir ce que les Hommes reflètent généralement et ce qu’ils sont au plus profond d’eux » laisse-t-il entendre.

Présent à ce vernissage, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération Aurélien Agbénonciest plutôt séduit. « Je suis très heureux de voir deux artistes qui, pour moi sont des célébrités ignorées ou peut-être si peu connu ici. Mais comme on le dit nul n’est prophète chez lui » dira le ministre pour exprimer son admiration face au travail des exposants.

A noter qu’il est prévu des visites sur rendez-vous tous les mercredis après-midi de 14h à 17h et ce, à partir du mercredi 27 février jusqu’au mercredi 24 avril 2019.

Inès Fèliho

  • 32
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Post A Comment